Se sentir vivant – théâtre, ivresse et rock’n’roll

by Caspar Schjelbred

minutes de lecture

Com­ment rem­plir toute une salle de vie, si on n’est pas soi-même bour­ré de vie ? Est-ce que le comé­dien peut apprendre quelque chose des ivrognes et des rock stars ?

Chaque fois que le comé­dien monte sur scène, il se trouve face à un espace vide qu’il doit faire vivre grâce à son corps et à sa voix.

C’est là le cœur même de son métier. Sa pro­fes­sion est en quelque sorte d’être plei­ne­ment vivant, plei­ne­ment humain.

Il doit répondre concrè­te­ment à des ques­tions fon­da­men­tales comme :

Com­ment se sen­tir vivant ?

Que faire pour être plein de vie ? 

Com­ment éveiller la sen­sa­tion d’être vivant ?

Pour y arri­ver, étu­dier l’i­vresse et le rock’n’­roll peut lui être utile…

Incarner la désinhibition des ivrognes et des rock stars

Bien sûr, chaque comé­dien est dif­fé­rent, mais glo­ba­le­ment il doit être plu­tôt dés­in­hi­bé afin de pou­voir se glis­ser dans la peau de tous types de personnages.

Les ivrognes et les rock stars ont ceci de com­mun qu’ils ont peu ou pas d’in­hi­bi­tions devant les autres. Tra­vailler leurs arché­types res­pec­tifs peut donc s’a­vé­rer extrê­me­ment béné­fique pour tou­cher du doigt une espèce de dés­in­hi­bi­tion primaire.

Ça per­met au comé­dien de :

  • mobi­li­ser son éner­gie autrement,
  • agran­dir sa palette de jeu,
  • et trou­ver plus de liber­té créa­tive sur scène.

À condi­tion bien sûr de ne pas se limi­ter aux images conve­nues des figures de l’i­vrogne et de la rock star, mais d’en­trer corps et âme dans leur essence même.

Carte blanche pour la beuverie et la frivolité ?

Non. Pré­ci­sons tout de suite qu’il ne s’a­git ni de se mettre à boire avant de mon­ter sur scène, ni de faire n’im­porte quoi, ni de gon­fler son ego hors de proportion.

S’il faut boire pour se sen­tir vivant, il y a un vrai problème.

La dés­in­hi­bi­tion du vrai ivrogne est évi­dem­ment dû à l’al­cool ; alors que pour la vraie rock star (dont l’at­ti­tude n’est pas qu’une mas­ca­rade) elle vient d’une autre forme d’i­vresse, celle de la musique.

Si, par contre, la rock star vire dans la vani­té et com­mence à s’e­nor­gueillir aux dépens d’au­trui, elle n’est plus vrai­ment rock’n’­roll, mais seule­ment une imbé­cile lamentable.

La ques­tion qui nous inté­resse ici, c’est com­ment l’i­vresse et le rock’n’­roll peuvent ser­vir l’art du comédien.

Il faut sur­tout pas prendre l’ex­plo­ra­tion créa­tive de ces deux états d’être comme une excuse pour se four­voyer dans l’in­cons­cience ou dans un com­por­te­ment poten­tiel­le­ment destructif.

Don’t be fucking stupid.

Keith Richards des Rolling Stones

Keith Richards, incar­na­tion – et sur­vi­vant – du mythe « sex, drugs and rock’n’roll ».

L’étude pratique de l’ivresse et du rock’n’roll

En termes plus « péda­go­giques », la pro­po­si­tion d’é­tu­dier l’i­vresse et le rock’n’­roll n’est autre que de tra­vailler le lâcher prise et la confiance.

Il s’a­git d’en­trer concrè­te­ment dans les manières d’être des ivrognes et des rock stars :

Com­ment ils bougent, com­ment ils occupent l’espace, com­ment ils s’adressent au monde, aux autres, voire à eux-mêmes…

Ceci non seule­ment pour mieux les repré­sen­ter, mais sur­tout pour trans­po­ser leur esprit, leur atti­tude, leur véri­té – sou­vent tra­gi­co­mique – à n’importe quel rôle.

Distiller la vie – jusqu’à la goutte de trop

Si nous com­men­çons par l’i­vresse, il faut bien sûr s’en­traî­ner à jouer les étapes pro­gres­sives de l’enivrement.

Se sen­tir vivant, puis très vivant, enfin trop vivant. Lais­ser cou­ler la vie jus­qu’au débordement.

On va s’a­mu­ser à jouer les effets sur le mou­ve­ment ; les effets psy­cho­lo­giques ; le chan­ge­ment de com­por­te­ment social ; le délie­ment de la langue.

Inter­pré­ter les actions de la chan­son J’ai bu de Charles Azna­vour serait un très bon début (je pré­fère la ver­sion de Georges Ulmer).

Par exemple :

Sur le palier
Le trou de ser­rure joue à cache-cache
Avec sa clef
Ma mai­son a une drôle de mine
Tous les objets font philippine

Je bois
Le trot­toir n’est plus assez grand pour moi
En titu­bant je crie à pleine voix
Les flics sont des petits potes à moi
Je bois

Le mou­ve­ment est bien sûr la clef pour se sen­tir vivant.

Ensuite, sans for­cé­ment gueu­ler, l’as­pect ver­bal de la dés­in­hi­bi­tion est tout aussi impor­tant – sur­tout pour l’im­pro­vi­sa­tion théâtrale.

« Les enfants et les ivrognes disent la vérité. »

proverbe danois

In vino veritas

Bal­bu­tier comme un ivrogne est tout d’a­bord un bon exer­cice pour faire dire au per­son­nage ce qu’il pense vraiment.

En impro, être plus direct ou moins poli, c’est un moyen simple d’aug­men­ter les enjeux dra­ma­tiques d’une scène.

Sinon, le mono­logue ivre est sur­tout une occa­sion pour l’im­pro­vi­sa­teur de se lan­cer dans une envo­lée lyrique ou abracadabrantesque.

Puis il y a aussi le dia­logue ivre – un exer­cice par­fait pour pous­ser l’in­ter­pré­ta­tion erro­née jus­qu’à l’absurde.

– Mais, mais, mais… est-ce que ça a du sens, ce qu’on dit alors ?

Peut-être. On risque le n’im­porte quoi et l’ef­fron­te­rie autant que la poésie.

On s’en fiche : on ouvre la bouche. On fait des sons. On sent des mots s’ag­glu­ti­ner en phrases plus ou moins cohé­rentes. On accepte.

Et par­fois on se casse la gueule.

C’est jus­te­ment ça l’i­dée de jouer l’ivrognerie.

Se lâcher. Se sen­tir vivant. Voir ce qui arrive.

Yeah, it’s alright now…

Pas­sons au rock’n’roll.

Soyons clair : c’est avant tout une ques­tion d’at­ti­tude.

Vous pou­vez très bien être rock’n’­roll sans écou­ter ou aimer ce genre de musique. Vous n’êtes pas obli­gé de vous habiller comme une rock star non plus. Vous pou­vez même (par­fois) sor­tir sans por­ter des lunettes de soleil.

Ce qui compte, c’est d’être soi-même… et comment !

– Mais qu’est-ce que ça veut dire ???

Pas grand-chose. L’ex­pres­sion est par­fai­te­ment fourbe.

Voici com­ment il faut le comprendre :

Être soi-même, c’est faire ce qu’on aime et l’as­su­mer plei­ne­ment. C’est-à-dire ouver­te­ment et sans for­cé­ment en faire un spectacle.

Celui qui est vrai­ment libre n’a que faire de paraître libre.

Alors un très bon début pour s’en­traî­ner, c’est de prendre l’ex­pres­sion rock’n’­roll à la lettre et de se mettre à « balan­cer et rouler ».

Autre­ment dit : se mettre à dan­ser libre­ment – n’im­porte où et sur n’im­porte quelle musique – comme si per­sonne ne regar­dait.

Il faut pou­voir être le centre natu­rel de l’at­ten­tion sans s’af­fec­ter, sans se cacher der­rière une pos­ture. Être capable de bou­ger et par­ler avec aisance, dan­ser et chan­ter n’im­porte comment.

Se lâcher ou ne pas se lâcher : telle est la question

En impro­vi­sa­tion théâ­trale on entend sou­vent qu’il faut prendre des risques. C’est vrai, mais c’est trop sou­vent assi­mi­lé à une prise de risque d’ordre nar­ra­tif. On « ose l’er­reur » mais on est encore loin du rock’n’roll.

Ce qu’il faut, c’est se ris­quer entiè­re­ment, y mettre du corps.

Et du cœur.

Il faut oser aller « trop loin » dans son expres­sion. Et où c’est, on ne peut pas le savoir d’a­vance. Sinon ce n’est qu’une pro­vo­ca­tion ridicule.

Pour la plu­part d’entre nous, s’es­sayer à la per­for­mance scé­nique des rock stars c’est déjà quelque chose : 

Se lais­ser aller à la musique, voire à la désin­vol­ture, dan­ser comme un cin­glé, pous­ser des cris, chan­ter des mots qui ne veulent rien dire, faire de l’esbroufe…

Mais aussi gar­der son cool dans les situa­tions les plus roc(k)ambolesques.

En résumé : les grandes pistes pour se sentir vivant

Un bon comé­dien se doit d’être plei­ne­ment vivant. Et ça ce n’est jamais gagné d’avance.

Il faut s’en­traî­ner, tra­vailler et jouer pour se main­te­nir en forme.

Répondre aux ques­tions fon­da­men­tales, non pas une fois pour toutes, mais quotidiennement.

Comment se sentir vivant ?

> Pour sen­tir son corps : bou­ger autre­ment qu’à l’ha­bi­tude, aller au-delà du mou­ve­ment fonc­tion­nel.
> Pour sen­tir son esprit : inves­tir son ima­gi­na­tion, puis expri­mer en gestes et en paroles à la fois ce qu’on res­sent et ce qu’on pense.

Que faire pour être plein de vie ?

> Culti­ver ses inté­rêts. Pour­suivre ce qu’on aime. Res­ter curieux.

Comment éveiller la sensation d’être vivant ?

> Rete­nez votre res­pi­ra­tion jus­qu’à ce que vous ayez envie de conti­nuer à vivre.


N’at­ten­dez pas mon pro­chain stage d’im­pro­vi­sa­tion « Ivresse & rock’n’roll ».

Met­tez une chan­son que vous aimez. Bou­gez. Mimez les instruments.

Écla­tez-vous.

Puis ramas­sez-vous après.

Ivresse & rock'n'roll : stage d'improvisation par Caspar Schjelbred

Stage d’improvisation sur deux jours. Contac­tez-moi si vous vou­driez en orga­ni­ser un !

Published: décembre 20, 2021

Last modified: septembre 10, 2022

  • Très bon la vidéo de Jon Spen­cer Blues Explo­sion : Foutre le bor­del et par­tir (pas fuir) !

    • Bien vu ! Par­tir, pas fuir. Bonne devise pour les sor­ties de scène, sur­tout si on n’a pas fait la meilleure impro­vi­sa­tion du monde !

  • {"email":"Email address invalid","url":"Website address invalid","required":"Required field missing"}

    Enjoyed this article?

    There’s plenty more where that came from. Join the Impro Supreme newsletter and don’t miss a thing!

    >