Caspar Schjelbred

coach de comédien

J’enseigne depuis plus de 10 ans com­ment créer et impro­vi­ser à par­tir du corps. Avec Impro Supreme j’ai ras­sem­blé les meilleurs outils et tech­niques que j’ai trou­vés pour navi­guer sur scène – celle du théâtre et celle de la vie.

le corps d’abord

Contrairement à ce que beau­coup de gens pensent, on n’a pas besoin d’une idée pour com­men­cer une impro­vi­sa­tion. Il suf­fit de savoir uti­li­ser son corps comme outil de créa­tion. Et ça, c’est ma spé­cia­li­té depuis plus de dix ans.

l’expérience individuelle

Mes séances démarrent tou­jours avec un tra­vail indi­vi­duel qui valo­rise la per­sonne dans sa par­ti­cu­la­ri­té et sa capa­ci­té de déci­der pour elle-même. Nous posons ain­si la base pour une ren­contre saine avec les autres : par­te­naires de jeu et public.

prendre son envol

Enseigner l’im­pro­vi­sa­tion, pour moi, c’est d’a­bord indi­quer des che­mins vers la liber­té. La méthode que j’u­ti­lise cultive dès le départ le cou­rage et la dis­ci­pline néces­saires pour prendre en main son propre entraînement.

mon parcours

quelques moments clés

  • J’ai décou­vert l’im­pro­vi­sa­tion théâ­trale en 2000 par un coup de hasard. L’année après, j’ai par­ti­ci­pé à la créa­tion des Improfessionals, la troupe anglo­phone qui a intro­duit l’im­pro anglo-amé­ri­caine en France, notam­ment le tra­vail de Keith Johnstone.
  • En 2006, je suis deve­nu codi­rec­teur de l’Impro Academy Paris aux côtés de Florian Bartsch avec qui j’ai pris mon pre­mier cours d’im­pro. J’ai ensuite occu­pé le rôle de direc­teur artis­tique des Improfessionals entre 2008 et 2014.
  • J’ai obte­nu un Master 2 Recherche en Histoire des sciences en 2007. Tenté momen­ta­né­ment par la voie uni­ver­si­taire, j’ai néan­moins opté pour le monde du théâtre et de l’improvisation. 
  • Je me suis spé­cia­li­sé dans l’ex­pres­sion cor­po­relle à par­tir de 2008, après ma ren­contre avec Ira Seidenstein, grand maître de l’art clow­nesque. C’est grâce à sa méthode que j’ai été en mesure de créer Impro Supreme en 2010. Il est deve­nu mon men­tor et j’ai écrit la pré­face de ses deux livres : Clown Secret (2018) et Quantum Theatre : Slapstick to Shakespeare (2020).
  • Fin 2012, j’ai com­men­cé à jouer un seul-en-scène plus ou moins impro­vi­sé : Plan C – C comme Caspar, clown, créa­ti­vi­té, etc. Depuis, je l’ai joué 70 fois, repar­ties sur 3 conti­nents, 7 pays et 13 villes.
  • En 2018, j’ai créé le spec­tacle clow­nesque Avant-garde avec et pour mes amis de la com­pa­gnie bul­gare HaHaHa Impro Theatre. Nous avons uti­li­sé l’im­pro­vi­sa­tion pour créer le conte­nu des numé­ros que j’ai mis en scène.
  • Très atti­ré par la danse, j’ai com­men­cé à inté­grer le sys­tème des Six Viewpoints de Mary Overlie dans mon tra­vail en 2019.

20 ans d’expérimentations

S’il y a une chose qui est res­tée constante depuis mes touts pre­miers cours d’im­pro et de théâtre, c’est ma fas­ci­na­tion de notre pos­si­bi­li­té de jouer avec l’im­pres­sion que nous don­nons aux autres, à notre public.

La prise de conscience – tou­jours si ver­ti­gi­neuse – de notre pou­voir d’a­gir nous-mêmes sur notre deve­nir est deve­nue plus claire avec l’im­pro­vi­sa­tion cor­po­relle et clownesque.

Bref, je consi­dère chaque jour comme une occa­sion pour expé­ri­men­ter et affi­ner ma com­pré­hen­sion du jeu et de l’im­pro­vi­sa­tion. Autrement dit : du com­por­te­ment humain et de la vie.

Impro Supreme

pourquoi

Pour moi, savoir impro­vi­ser est l’une des choses les plus utiles qu’on puisse apprendre, que ce soit pour le théâtre ou pour la vie quotidienne. 

Il y a trois choses à gérer en conti­nu quand on impro­vise : sa pen­sée, son action et son jeu. Les trois sont inti­me­ment liés et il faut les étu­dier à la fois sépa­ré­ment et ensemble pour sai­sir leur fonctionnement.

Au final, le véri­table enjeu c’est la com­pré­hen­sion de soi-même, de sa créa­ti­vi­té, de ce qu’on aime faire. L’improvisation qui n’est pas ancrée dans une telle démarche s’en­ferme inévi­ta­ble­ment, tôt ou tard, dans un méca­nisme super­fi­ciel et infruc­tueux.

comment

Nous ne pou­vons pas impro­vi­ser libre­ment – ni devant ni avec les autres – sans éta­blir d’a­bord un dia­logue construc­tif avec nous-mêmes.
 C’est pour­quoi j’in­siste sur l’ex­pé­rience indi­vi­duelle avant celle du groupe.

Cette ren­contre avec soi-même com­mence avec la prise de conscience du corps – la condi­tion néces­saire pour pou­voir impro­vi­ser de manière consciente et réel­le­ment créative.

Impro Supreme est en évo­lu­tion constante et réunit des tech­niques de mime, de clown, de danse et de théâtre d’im­pro­vi­sa­tion.

Bien que pro­ve­nant de sources dif­fé­rentes, les exer­cices pro­po­sés s’in­tègrent tous dans une vision glo­bale et cohé­rente du spec­tacle vivant.

newsletter

Abonnez-vous à la news­let­ter Impro Supreme pour être au cou­rant de toutes nos actualités.

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!
>