Aux confins de la réalité physique

par Caspar Schjelbred

 min de lecture
Texte sur la réalité physique, écrit pour le podcaste de Savoir Lui Dire.

Cent confinements, exactement comme ça

Je lis ce que j’ai écrit depuis le début du confi­ne­ment. Ce que je me suis ima­gi­né écrire. Ce que je me suis dit. En vrai, je ne me suis pas adres­sé à moi-même. J’ai plu­tôt essayé de répondre. Bien, j’ai répon­du. Mais à qui ? À quoi ? Qui a posé les ques­tions ? Per­sonne, évi­dem­ment. Ou bien tout le monde. Cela revient au même.

C’est moi qui ai posé les ques­tions. Où ? Com­ment ? Quand ? Qui ? Quoi ? Pour­quoi ? Je les ai posées, comme ça. Pas sur une quel­conque sur­face, plu­tôt envoyées dans l’air. Comme des gestes de l’es­prit. Non pas pour répondre. (Encore, ce serait à qui ?) Mais pour en être enve­lop­pé. Pour me don­ner la pos­si­bi­li­té d’être les réponses, une à la fois.

J’ai pris de notes. J’ai per­çu et j’ai reçu. J’ai obser­vé et j’ai écrit, ima­gi­né écrire. Il n’y a pas grand chose à dire. Où ? Com­ment ? Quand ? Qui ? Quoi ? Pour­quoi ? Si, quand même. Je pour­rais en par­ler toute la nuit ou toute une jour­née ; j’ai fait des grandes décou­vertes. Immenses. Vastes. Immé­diates. Sur­tout immé­diates. C’est ça. Il n’y a rien à dire dans l’im­mé­diat, seule­ment après. Pen­dant devient juste après dès que je me met à dire. Par contre, sen­tir et pen­ser, c’est pos­sible. Réflé­chir non. Per­ce­voir oui. Être là, concrè­te­ment, réel­le­ment, et jouir dis­crè­te­ment de ce fait fon­da­men­tal. Qui est : mon confi­ne­ment dans la réa­li­té physique.

Si j’ai appris quelque chose ces deux der­niers mois, s’il y a quelque chose que je com­prends mieux main­te­nant, c’est que savoir se confi­ner dans la réa­li­té phy­sique, c’est salu­taire. C’é­tait le jour où j’ai ces­sé de répondre qu’il s’est pas­sé quelque chose : il ne s’est rien pas­sé. Où. Com­ment. Quand. Qui. Quoi. Pour­quoi. J’é­tais les réponses. L’une après l’autre. En dia­logue immé­diate avec mon exis­tence, ques­tion et réponse ensemble. J’é­tais : au centre, comme ça, exac­te­ment comme ça et pas autre­ment, séance tenante, sou­vent en retard, moi, autre, prin­cipe rim­bal­dien incar­né, toutes mes sen­sa­tions, cause, drame humain et divine comé­die. J’ai ri.

Le matin où j’ai vu cent confi­ne­ments cou­rir dans les rues de Mont­martre, au lieu de voir cent jog­geurs éner­vants, ça m’a don­né envie d’être par­mi eux. Être avec moi-même par­mi les autres. Le len­de­main j’ai mis des chaus­sures de sport et j’ai com­men­cé à cou­rir, moi aus­si. C’est il y a presque un mois aujourd’­hui. Hier matin, en fai­sant mon tour, j’ai enfin com­pris. Se confi­ner à la réa­li­té phy­sique, entrer dedans, c’est sor­tir de tout autre confinement. 

Espace. Forme. Temps. Émo­tion. Mou­ve­ment. His­toire. Les six portes d’en­trée sont tou­jours là. Ou les six sor­ties, si vous vou­lez. Cela dépend de votre point de vue.

Ce texte est dédié à Mary Over­lie.


Écrit pour le pod­cast [Inti­me­ment confi­nés] de Savoir lui dire.


Publié le 10/05/2020 [ mis à jour le 14/04/2021 ]
    • Je suis content qu’une connais­seuse du tra­vail de Mary comme toi a lu mon texte !

  • {"email":"Email address invalid","url":"Website address invalid","required":"Required field missing"}

    newsletter

    Abonnez-vous à la newsletter Impro Supreme pour être au courant de toutes nos actualités.

    Impro Supreme FR
    >