Aux confins de la réalité physique

by Caspar Schjelbred

minutes de lecture

Cent confinements, exactement comme ça

Je lis ce que j’ai écrit depuis le début du confi­ne­ment. Ce que je me suis ima­gi­né écrire. Ce que je me suis dit. En vrai, je ne me suis pas adres­sé à moi-même. J’ai plu­tôt essayé de répondre. Bien, j’ai répon­du. Mais à qui ? À quoi ? Qui a posé les ques­tions ? Per­sonne, évi­dem­ment. Ou bien tout le monde. Cela revient au même.

C’est moi qui ai posé les ques­tions. Où ? Com­ment ? Quand ? Qui ? Quoi ? Pour­quoi ? Je les ai posées, comme ça. Pas sur une quel­conque sur­face, plu­tôt envoyées dans l’air. Comme des gestes de l’es­prit. Non pas pour répondre. (Encore, ce serait à qui ?) Mais pour en être enve­lop­pé. Pour me don­ner la pos­si­bi­li­té d’être les réponses, une à la fois.

J’ai pris de notes. J’ai perçu et j’ai reçu. J’ai obser­vé et j’ai écrit, ima­gi­né écrire. Il n’y a pas grand chose à dire. Où ? Com­ment ? Quand ? Qui ? Quoi ? Pour­quoi ? Si, quand même. Je pour­rais en par­ler toute la nuit ou toute une jour­née ; j’ai fait des grandes décou­vertes. Immenses. Vastes. Immé­diates. Sur­tout immé­diates. C’est ça. Il n’y a rien à dire dans l’im­mé­diat, seule­ment après. Pen­dant devient juste après dès que je me met à dire. Par contre, sen­tir et pen­ser, c’est pos­sible. Réflé­chir non. Per­ce­voir oui. Être là, concrè­te­ment, réel­le­ment, et jouir dis­crè­te­ment de ce fait fon­da­men­tal. Qui est : mon confi­ne­ment dans la réa­li­té physique.

Si j’ai appris quelque chose ces deux der­niers mois, s’il y a quelque chose que je com­prends mieux main­te­nant, c’est que savoir se confi­ner dans la réa­li­té phy­sique, c’est salu­taire. C’é­tait le jour où j’ai cessé de répondre qu’il s’est passé quelque chose : il ne s’est rien passé. Où. Com­ment. Quand. Qui. Quoi. Pour­quoi. J’é­tais les réponses. L’une après l’autre. En dia­logue immé­diate avec mon exis­tence, ques­tion et réponse ensemble. J’é­tais : au centre, comme ça, exac­te­ment comme ça et pas autre­ment, séance tenante, sou­vent en retard, moi, autre, prin­cipe rim­bal­dien incar­né, toutes mes sen­sa­tions, cause, drame humain et divine comé­die. J’ai ri.

Le matin où j’ai vu cent confi­ne­ments cou­rir dans les rues de Mont­martre, au lieu de voir cent jog­geurs éner­vants, ça m’a donné envie d’être parmi eux. Être avec moi-même parmi les autres. Le len­de­main j’ai mis des chaus­sures de sport et j’ai com­men­cé à cou­rir, moi aussi. C’est il y a presque un mois aujourd’­hui. Hier matin, en fai­sant mon tour, j’ai enfin com­pris. Se confi­ner à la réa­li­té phy­sique, entrer dedans, c’est sor­tir de tout autre confinement. 

Espace. Forme. Temps. Émo­tion. Mou­ve­ment. His­toire. Les six portes d’en­trée sont tou­jours là. Ou les six sor­ties, si vous vou­lez. Cela dépend de votre point de vue.

Ce texte est dédié à Mary Over­lie.


Écrit pour le pod­cast [Inti­me­ment confi­nés] de Savoir lui dire.

Published: mai 10, 2020

Last modified: septembre 10, 2022

    • Je suis content qu’une connais­seuse du tra­vail de Mary comme toi a lu mon texte !

  • {"email":"Email address invalid","url":"Website address invalid","required":"Required field missing"}

    Enjoyed this article?

    There’s plenty more where that came from. Join the Impro Supreme newsletter and don’t miss a thing!

    >